L’agence d’intérim LIP Jaurès à Lyon nous présente Claire, 23 ans, conductrice d’engins

02/08/2019
L’agence d’intérim LIP Jaurès à Lyon nous présente Claire, 23 ans, conductrice d’engins

Nous partons régulièrement à la rencontre de nos chargés d’affaires et consultants en agence pour en savoir plus sur leurs missions au quotidien. Nous profitons également de ces moments pour échanger avec des intérimaires aux profils atypiques. En juillet 2019, lors de notre visite à l’agence d’intérim LIP Jaurès à Lyon, nous avons rencontré Claire, une jeune paysagiste s’apprêtant à devenir conductrice d’engins dans les travaux publics. Découvrez son parcours exceptionnel, les obstacles rencontrés et ses ambitions pour l’avenir.

Les différentes parties de l'article :

En sortant de l'école, décrocher un CDI ou un CDD

Placer des femmes dans des secteurs d'activité masculins, un véritable challenge

Il faut croire en ses capacités pour atteindre son objectif

Lutter contre la discrimination est un combat constant

Les avantages de l'intérim pour une jeune intérimaire

L’agence d’intérim LIP Jaurès recrute des professionnels du TP et des Espaces Verts

En sortant de l’école, décrocher un CDI ou un CDD

Claire a 23 ans et est originaire de Lyon. Il y a quelques années, elle a obtenu un BAC Professionnel puis un BTS au lycée horticole de Dardilly. Malgré de nombreux CV envoyés, aucune entreprise de la région n’a souhaité lui proposer un contrat d’alternance. Tant pis, elle a opté pour la formation continue afin de devenir paysagiste.

Au cours de ses études, elle obtient son Caces 1 lui permettant de conduire de petits engins de chantier (mini-pelle, chargeur, tracteur). Après avoir obtenu son diplôme, elle espère décrocher un CDD ou un CDI mais ne pense pas du tout à l’intérim. Et pourtant, les choses vont se passer autrement.

L’agence d’intérim LIP Jaurès intervient au lycée horticole de Dardilly

Pour recruter des professionnels, nos chargés d’affaires et consultants n’attendent plus que les candidats poussent les portes de leurs agences. Ils vont les chercher là où ils se trouvent, à l’école ou sur des salons de l’emploi.

En 2016, Warda, directrice de l’agence d’intérim spécialisée dans les métiers du TP et des Espaces verts à Lyon, prend contact avec le lycée horticole de Dardilly car elle souhaite intervenir auprès des futurs paysagistes. L’objectif de cette visite était de rassurer les jeunes diplômés sur les opportunités professionnelles disponibles dans la région. C’était également l’occasion de présenter l’intérim, une alternative très intéressante au CDD et au CDI et à laquelle les étudiants ne pensent pas.

Quelques mois plus tard, l’initiative a porté ses fruits puisque Claire, alors fraîchement diplômée, n’a pas hésité à se rendre à l’agence d’intérim LIP. Très vite, Warda lui a trouvé de petites missions en intérim pour entretenir des espaces verts. Ces premières expériences professionnelles lui ont permis d’étoffer son CV et de montrer de quoi elle était capable du haut de ses 21 ans.

Placer des femmes dans des secteurs d’activité masculins, un véritable challenge

Au quotidien, Warda et son équipe mettent tout en œuvre pour décrocher de nouveaux contrats avec des entreprises de la région. Après six ans d’efforts, cette directrice d’agence d'intérim qui ne lâche rien réussit à confier plusieurs intérimaires à une importante société lyonnaise de travaux publics ayant 25 ans d’existence.

Content de ce partenariat, son interlocuteur lui confie un jour une commande à laquelle le profil de Claire correspond parfaitement. Connaissant la politique de l’entreprise, Warda envoie le CV sans prénom ni photo et son client ne tarde pas à lui confirmer être intéressé.

Quelques minutes après avoir envoyé le contrat de mise à disposition, la directrice d’agence reçoit un appel de son client qui est très surpris de découvrir qu’il s’agit d’une femme. Très vite, il lui répond que ça ne sera pas possible. Mais Warda, réputée pour son fort caractère et sa ténacité, lui répond alors que s’il refuse de faire travailler Claire, la collaboration avec l’agence d’intérim Jaurès prend fin. Très étonné par cette réaction, son interlocuteur rit au téléphone et décide de lui lancer un challenge : Claire est invitée à se présenter sur le chantier pour faire ses preuves. A 21 ans, elle devient alors la seule femme dans une entreprise comptant 120 hommes.

Des postes à responsabilités qui rendent jaloux ses collègues masculins

Claire travaille pendant un an en intérim puis un an en CDD au sein de cette société de TP. Elle participe à la construction et à l’aménagement de pistes d’athlétisme et découvre la maçonnerie et la conduite d’engins. Sur de petits chantiers de plantation, elle se retrouve cheffe d’équipe et se voit confier de nouvelles responsabilités, ce qui ne plaît pas à ses collègues masculins.

Après ces deux années à faire ses preuves, son responsable est ravi de son travail et souhaite lui proposer un CDI. Malheureusement, c’était sans compter sur ses confrères qui, eux, n'envisageaient pas qu’elle reste plus longtemps. Finalement, le CDD de Claire n’est pas renouvelé et elle se retrouve sans emploi.

Malgré le coup dur, Claire a tiré un trait sur cette expérience professionnelle et a repris ses recherches d’emploi. Tout naturellement, elle a rendu visite à Warda pour décrocher de nouvelles missions d’intérim dans le TP, après avoir eu un coup de cœur pour un métier encore plus masculin : la conduite d’engins.

Il faut croire en ses capacités pour atteindre son objectif

En mai 2019, Claire entre en contact avec une société d’arrosage automatique chez qui elle avait déjà fait ses preuves. Cette fois-ci, les dirigeants de l’entreprise étaient ravis d’embaucher une femme ! Elle accepte le poste et participe à l’agrandissement d’un cimetière près de Lyon. Sur ce chantier, elle est très vite débauchée par une entreprise de TP qui repère ses capacités et lui propose ce qu’elle espérait tant : des missions de maçonnerie et de conduite d’engins. Depuis, elle enchaîne les contrats d’intérim au sein de cette société où elle a su se faire respecter en tant que femme et cela devrait durer au moins jusqu’en décembre.

Malgré sa corpulence, Claire peut porter les mêmes charges qu’un homme, même si elle reconnaît avoir un plus faible rendement. Tout comme ses collègues masculins, elle est victime du froid l’hiver et de la chaleur l’été mais elle ne se plaint pas et apprécie même ces difficultés.

Aujourd’hui, elle souhaite passer les Caces 3 et 5 et n’est plus attirée par le paysagisme. Au volant de ses engins de chantier, elle ressent une sensation de puissance et constate qu’elle “abat du travail”. Elle est fière de son évolution, du métier qu’elle exerce et rigole quand, dans la rue, les gens la voient au volant et lui disent “c’est bien ce que vous faites !”. Il arrive même que certains automobilistes oublient d’avancer au feu vert tellement ils sont surpris de la voir côté conducteur !

Lutter contre la discrimination est un combat constant

Dans un univers majoritairement masculin, Claire savait qu’elle allait rencontrer des obstacles en raison de son jeune âge et de son statut de jolie femme. Au début, elle avoue que ce n’était pas facile d’entendre des réflexions à longueur de journée. Progressivement, elle a appris à répondre et à se faire respecter par ses collègues masculins. Pour clore les échanges déplacés, il lui est même arrivée de dire “Si je m’appelais Robert, tu me parlerais comme ça ?”. Fin de la discussion.

Lors de notre échange, Claire a cité quelques remarques sexistes dont elle a été victime sur ses différents chantiers. Son arrivée n’est jamais passée inaperçue et a souvent suscité des inquiétudes et des jalousies. Ses collègues ont parfois dit “j’espère qu’elle gagne moins que moi” ou encore “je ne vois pas ma femme faire ça”, sous-entendue tu n’as pas ta place ici. Et s’il lui arrivait de faire une erreur, ils ne manquaient pas de lui faire remarquer qu’en tant que femme “[elle] devrait faire plus attention, être plus soignée”. Concernant son physique, on lui a plusieurs fois reproché d’être “aussi jolie”. Alors quoi, il faut obligatoirement ressembler à un homme pour travailler dans un milieu masculin ?!

Des différences de traitement sur les chantiers de TP

Toutes ces situations dérangeantes s’ajoutent aux différences de traitement sur les chantiers. En plein été, alors que les hommes sont torses nus, Claire est invitée à ne pas mettre de débardeur, au risque de perturber ses collègues… Sur certains chantiers, Claire n’a pas accès à un vestiaire pour femme. Elle doit donc attendre que ses confrères masculins aient terminé pour prendre leur place. Parfois, il lui arrive d’arriver et de repartir habillée en tenue de chantier pour éviter de perdre du temps.

Paradoxalement, son statut de femme est parfois un avantage. Certains collègues lui viennent en aide ou lui prêtent du matériel sans qu’elle leur demande. Ils leur arrivent aussi de la solliciter pour qu’elle aille réclamer des choses, il paraît que « ça passe mieux quand c’est [elle] qui demande ». Face à ces injustices, Claire n’a pas baissé les bras, bien au contraire. Elle a appris à prendre du recul et de la distance, elle a même arrêté de dire bonjour tous les matins pour éviter que ses collègues ne se fassent des idées. S’il faut mettre de côté la politesse, tant pis !

Les avantages de l’intérim pour une jeune intérimaire

Pour Claire, l’intérim avec LIP c’est “la liberté et une rémunération intéressante”, notamment grâce au Compte Epargne Temps (CET) qui lui a permis d’acheter une voiture très rapidement. Sachant ce qu’elle vaut sur le marché de l’emploi aujourd’hui, elle peut négocier assez facilement sa rémunération horaire brute. Pour elle, pas question de toucher un salaire inférieur à ses collègues masculins alors qu’elle possède les mêmes compétences ! Dans ce combat pour l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, elle peut compter sur le soutien de Warda qui s’avère “généreuse et qui ne lésine pas sur les augmentations”.

Forte de cette collaboration, Warda a renouvelé sa visite au lycée horticole de Dardilly en 2019. Cette fois, Claire l’a accompagnée pour témoigner et encourager les futures paysagistes à croire en elles. Chez LIP, quels que soient votre sexe, votre niveau d’études ou encore votre expérience passée, nous faisons notre maximum pour vous trouver un emploi qui vous correspond ! N’attendez plus pour postuler à nos offres disponibles.

L’agence d’intérim LIP Jaurès recrute des professionnels du TP et des Espaces Verts

Située dans le 7ème arrondissement de Lyon, l’agence d’intérim LIP dirigée par Warda recherche des experts des travaux publics, du gros œuvre et des espaces verts. Des postes en CDD, en CDI et des missions d’intérim sont proposés tout au long de l’année au sein des entreprises de la région lyonnaise.

Chaque semaine, nos chargés d’affaires délèguent plus de 75 intérimaires sur les chantiers lyonnais. Il faut dire que le marché du bâtiment est en “plein boom” dans la région, il suffit de prendre de la hauteur pour constater la forte présence de grues et autres engins. Malheureusement, Warda et son équipe manquent de profils malgré un nombre important de postes à pourvoir.

Une agence d’intérim organisée et efficace

Étant elle-même en contact permanent avec des dirigeants d’entreprise masculins, Warda mène un combat quotidien pour placer des femmes en mission d’intérim. Elle a su trouver les bons arguments et compte aujourd’hui quatre femmes en poste dans le BTP, un chiffre très faible mais suffisamment rare pour qu’on le souligne.

Dans son agence d’intérim, elle peut compter sur le soutien de Florent, un jeune chargé d’affaires sorti tout droit de l’Ecole de la réussite. Après avoir suivi cette formation créée par le Groupe LIP, il s’occupe désormais de la partie Espaces Verts.

Récemment, Samy a rejoint l’agence LIP Jaurès en tant que chargé d’affaires spécialisé dans le gros oeuvre, les travaux publics, les travaux sur corde et l’étanchéité. Tous trois partagent le même objectif : trouver des emplois de qualité à leurs intérimaires fidèles et motivés. Alors, qu’attendez-vous pour rejoindre l’aventure ?

Partager

Retour en haut