La gestionnaire recouvrement de LIP participe au trek Elles Marchent

08/03/2019
La gestionnaire recouvrement de LIP participe au trek Elles Marchent

 

Postulez à nos offres d'emploi

 

Pour la troisième édition du Trek Elles Marchent, Ouarda AMRANE, gestionnaire recouvrement client chez LIP, a décidé de partir à l’aventure dans le Sahara marocain. Une belle occasion pour le Groupe LIP d’encourager ses équipes à participer aux événements solidaires en dehors des bureaux et des sentiers battus.

Qu’est-ce que le trek Elles Marchent ?

Le principe du trek Elles Marchent est simple : pendant une semaine, des groupes de quatre femmes marchent à travers le désert marocain au profit de l’association « le défi du cœur », créée en 2008 par Corinne Péron. Cette jeune quinquagénaire, sportive accomplie, adore relever des défis, des challenges et partir à la découverte du monde. D’ailleurs, elle a déjà participé à sept éditions du Rallye Aïcha des Gazelles au Maroc !

L’objectif est de promouvoir et mener des projets solidaires à travers des événements sportifs, tout en rendant accessible le désert à des femmes qui « n’auraient peut-être jamais osé s’y aventurer ».

En 2018, 200 participantes avaient fait le déplacement pour vivre une aventure inoubliable. Elles avaient entre 35 et 55 ans en moyenne, et occupaient des postes de cadres et d’employés en France (86%) et à l’étranger (Canada, Suisse, Belgique, etc).

Comment se déroule le trek Elles Marchent ?

Cette année, pour la troisième édition, deux sessions sont organisées du 1er au 08 mars, puis du 08 mars au 15 mars 2019. Au total, 400 participantes sont attendues, soit 100 équipes.

La course s’effectue en quatre étapes distinctes, chacune comptant de 20 à 25 km à parcourir au milieu du Sahara. Les équipes de quatre femmes disposent d’une carte et d’une boussole pour se repérer et s’orienter. Chaque jour, elles doivent atteindre des balises pour remporter des points supplémentaires. Lors de ces arrêts, elles doivent résoudre des énigmes, relever des défis ou répondre à des QCM. La compétition n’est pas seulement sportive donc, elle est également culturelle et ludique, et c’est sans doute ce qui plaît tant aux aventurières.

Enfin, le dernier jour du trek est dédié à l’association. Les participantes sont invitées à planter une palmeraie ou des oliviers, restaurer ou construire des murs, créer une fresque dans une école ou encore construire des fours à pain.

Des valeurs communes entre le Groupe LIP et le trek Elles Marchent

Cette aventure 100% féminine revendique des valeurs simples mais essentielles comme la solidarité, l’entraide et le dépassement de soi. Elles complètent parfaitement les valeurs portées par le Groupe LIP, à savoir la confiance, le professionnalisme et l’esprit d’équipe. Tout au long de leur parcours, les différentes équipes seront en compétition mais nul doute qu’elles seront également là pour se soutenir, s’encourager et s’entraider.

Pour assurer une aventure inoubliable aux participantes, un point d’honneur est accordé à la sécurité… comme chez LIP ! Sur le terrain, un staff médical composé de quatre infirmières, de deux kinésithérapeutes et de quatre masseuses sera à la disposition des aventurières. De plus, chaque équipe sera équipée d’une balise Smaltrack permettant de géolocaliser en temps réel les concurrentes.

Enfin, les nouvelles participantes au trek Elles Marchent doivent obligatoirement participer à un stage d’une journée afin d’apprendre à lire une carte et une boussole, à utiliser un rapporteur topographique, à calculer un cap, à utiliser un compas de visée ou encore à placer un point GPS sur une carte.

Quelques questions à Ouarda AMRANE avant son départ

Ravie de parler de son expérience, Ouarda nous a accordé quelques minutes pour parler de sa première participation au trek Elles Marchent.

Comment et pourquoi as-tu eu l’idée de t’inscrire ?

L’an dernier, une amie qui connaît la marraine de l’association Le défi du cœur m’a parlé de ce trek dans le désert marocain. Nous voulions déjà y participer l’année dernière mais ça n’a pas pu se faire. Alors on s’est dit, cette année, on y va sans hésitation !

Pour moi, c’est un défi à la fois sportif et solidaire. Tout au long du parcours, nous devrons nous soutenir au sein de l’équipe, mais également entre participantes du trek. Je pense que la compétition sera présente mais peu importe la place que nous aurons à l’arrivée, le principal c’est de profiter.

Avec qui fais-tu le trek ?

Je participe avec mon amie que je connais depuis longtemps. Puisque nous n’étions que deux et qu’il faut être quatre par équipe, nous avons proposé aux organisatrices de trouver deux autres participantes motivées. Nous avons donc la chance de partager l’aventure avec deux canadiennes avec qui nous avons échangé souvent par Skype. Le feeling est très bien passé, nous avons hâte de nous rencontrer officiellement. Nous partons le 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes. C’est une date symbolique qui nous portera chance !

As-tu des appréhensions et des attentes particulières ?

Honnêtement, je n’en ai aucune. Le fait de partir avec deux inconnues, c’est aussi ça l’aventure. Les femmes qui participent à ce trek ont un état d’esprit, on ne s’engage pas par erreur dans ce genre d’expérience.

Quant à notre sécurité dans le désert, je ne m’inquiète pas. La chaleur et les vents de sables peuvent être un problème, notamment pour nos amies canadiennes qui passent de -17° à +28°. Nous ferons tout pour ne pas prendre de risque et nous adapter à la situation. Nous sommes également équipées d’une balise qui permet au staff de nous localiser en cas de besoin. Et cerise sur le gâteau, l’une de nos coéquipières canadiennes est médecin, nous sommes donc rassurées !

Physiquement, je me sens prête, j’ai pratiqué plusieurs randonnées pour être en forme. Même si les conditions météorologiques seront différentes, je n’ai pas d’appréhension.

J’espère simplement vivre une expérience hors du commun et j’ai déjà hâte de participer à la journée d’action pour l’association. Nous serons coupées du monde extérieur pendant quelques jours, et ça non plus, ça ne me fait pas peur.

Comment le Groupe LIP a-t-il participé à ton projet ?

Au début, je n’ai pas parlé de mon expérience à mes collègues. Puis, un jour, l’un d’eux m’a dit « mais tu as pensé au sponsoring ? ». De fil en aiguille, j’ai échangé avec la direction et ils ont tout de suite souhaité participer financièrement parce que les valeurs du trek et celles de LIP sont similaires.

Sais-tu ce que vous allez faire lors du dernier jour du trek pour l’association ?

Cette année, plusieurs chantiers doivent être continuer ou terminer par les participantes du trek. D’après nos informations, nous pourrons planter des palmiers ou des oliviers, enduire le mur de protection d’une palmeraie, finir la construction des toits des fours à pain précédemment construits par les participantes du trek, terminer la fabrication d’un abreuvoir pour les animaux ou encore finir la construction des murs pour la maison des nomades.

Comment s’est passée le stage de navigation ?

Au début, nous étions complètement déboussolées ! Au fur et à mesure, nous avons appris à utiliser les différents outils. Pour moi, l’objectif est d’éviter les erreurs d’aiguillage dans le désert car un millimètre trop à gauche ou à droite représente un kilomètre de détour ! Une fois que nous aurons notre feuille de route, nous prendrons le temps de réfléchir et de choisir la bonne direction, et surtout, nous ne tiendrons pas compte des autres équipages car nous n’avons pas toutes les mêmes destinations à atteindre.

Partager

Retour en haut