portrait femme audrey

Dans le cadre de son action PARITÉ et en amont de la journée internationale des droits des femmes, le fonds de dotation LIP S’engage a souhaité mettre en avant 5 femmes du Groupe LIP. 5 femmes au parcours aussi bien exceptionnel que différent. Chaque jour de la semaine, nous vous présentons le parcours et le combat d’une de ces wonderwomen.

La famille, c’est tout ce qui reste quand on a tout perdu

Printemps 2020, la COVID-19… Cette triste période, ce début de pandémie, tout le monde s’en souvient. Vivre un confinement, inimaginable il y a encore quelques mois, et pourtant… Tout le monde a plus ou moins bien vécu cet événement mais Audrey, responsable au sein d’une agence d’intérim LIP Mantrans, et sa famille, certainement encore plus difficilement que les autres.

À la fin du confinement, vers le mois de mai 2020, Audrey apprend que son frère, alors âgé de 33 ans, est atteint d’une Leucémie (LAL), un cancer du sang qui impacte tous les organes ! C’est suite à de nombreuses douleurs répétées dans le dos et une sensation de fatigue extrême, qu’il décide de faire une batterie d’examens. Le résultat est sans appel, c’est la douche froide pour toute la famille.

À ce moment-là tout s’accélère. Entré à l’hôpital pour passer des examens, il n’en ressortira que deux mois plus tard. Habitant seul à Paris suite à sa séparation, et nouvellement célibataire, il fait le choix au bout de 15 jours d’être transférer à l’hôpital de Bordeaux, auprès de ses proches. Le transfert n’étant pas pris en charge et coûtant très cher, une cagnotte est organisée auprès de toute la famille pour pouvoir payer le trajet.

La vie d’Audrey est bouleversée

Il faut alors jongler entre les problématiques du travail liées à la pandémie, son foyer, et son frère malade. Elle est là pour lui, tous les jours, à chaque instant.

Dès son arrivée à Bordeaux, il enchaîne les séances de chimiothérapies et de radiothérapies. Sans résultat.

Régulièrement mis en aplasie et donc en chambre stérile, la situation est difficile pour les membres de sa famille qui, à cause de la Covid, ne peuvent pas le toucher, l’embrasser, le serrer dans leurs bras pour le réconforter, une distance devant être respectée.

Le don de moelle osseuse devient indispensable

Suite à ses mauvais résultats, les médecins en viennent à l’alternative du don de moelle osseuse. Il faut trouver un donneur compatible. On teste d’abord la fratrie, Audrey et son petit frère sont chacun compatibles à 50 %. Un étranger lui, est compatible à 100%. Faisant partie d’un nouveau protocole médical, c’est un tirage au sort qui décidera du donneur. Finalement, ça sera la greffe intrafamiliale car il y a plus de chance de réussite, d’autant plus si le donneur est un homme.

C’est donc pour donner toutes les chances à son frère que le donneur ne sera pas Audrey mais son petit frère. La greffe se passe en novembre et pour l’instant, tout semble avoir bien fonctionné, il n’y a pas de rejet. Le drame a été évité !

Des montagnes russes émotionnelles

Cette maladie, tous ces rendez-vous perpétuels à l’hôpital, la multitude d’examens, d’analyses, d’attente de résultats mettent la famille à rude épreuve. De véritables montagnes russes émotionnelles. Audrey est forte et tient le coup, il le faut, pour son frère, son foyer, sa famille. Cette épreuve lui a aussi appris l’importance des dons d’organes et de sang.

Se sentant peu concernée jusqu’à présent, désormais elle se fait un point d’honneur à donner son sang régulièrement car la vie ne tient qu’à un fil, tout peut basculer en un instant.

Savez-vous qu’un don de sang peut sauver 3 vies ?

Donner son sang et ses plaquettes ne prend que très peu de temps, n’est pas dangereux ni douloureux mais peut sauver des vies. Si vous aussi vous souhaitez donner, rendez-vous sur le site de  l’EFS.

don du sang

Retour haut de page