Parité en entreprise
Portrait d'une femme exceptionnelle

Parité en entreprise

Parité en entreprise : Portrait de Rose, la Courageuse

Dans le cadre de son action PARITÉ et en amont de la journée internationale des droits des femmes, le fonds de dotation LIP S’engage a souhaité mettre en avant 5 femmes du Groupe LIP. 5 femmes au parcours aussi bien exceptionnel que différent. Chaque jour de la semaine, nous vous présentons le parcours et le combat d’une de ces wonderwomen.

Après l’enfer, le paradis

Après avoir travaillé pendant près de 10 ans auprès de personnes en situation de handicap en tant qu’aide médico-psychologique puis responsable de soins, cette jeune femme, que nous appellerons Rose, profite de son congé parental pour se former au métier des Ressources Humaines.

C’est ainsi qu’à 30 ans Rose démarre une nouvelle vie professionnelle en poussant par hasard, ou par culot, la porte d’une agence d’intérim LIP. Elle décroche alors un poste de chargée d’affaires.

Cette jeune femme n’est pas seulement courageuse parce qu’elle a pris un tournant professionnel mais aussi parce qu’elle a su dire STOP, qu’elle a su PARTIR de l’enfer dans lequel elle vivait dans sa vie personnelle. Son ex-compagnon, rencontré à l’école, devient vite son amour de jeunesse dès la fin du lycée. Un brin bagarreur avec les autres hommes, il reste pourtant très tendre, protecteur et amoureux de sa compagne, un bonheur… Jusqu’à cette première gifle ! 

Une histoire d’amour qui tourne mal

Mais à peine Rose avait-elle donné naissance à leur enfant que l’idylle devint un enfer.

Le petit a tout juste une semaine lorsqu’une dispute éclate et que la première gifle colle Rose contre le mur. Elle encaisse, c’est vrai qu’après tout c’était une dispute, elle était fautive elle aussi… En tout cas c’est ce qu’elle se dit, et ce qu’elle se dira pour les prochaines.

Excusant cet homme

Jusqu’au jour où Rose ne peut plus encaisser. Elle voit cet homme tenir son enfant, âgé d’à peine 3 mois, dans ses bras et feindre de le laisser tomber. C’en est trop, elle n’est plus seule à être menacée par le danger, son enfant aussi court un risque. Elle décide alors de mettre fin à cette relation toxique et invite son compagnon à quitter le domicile.

Mais les jours s’enchaînent et la violence continue. Régulièrement, il se camoufle sur le parking derrière sa voiture pour faire irruption dans l’appartement. Sachant que la baie vitrée est cassée, il en profite pour pénétrer dans le logement. Toujours alcoolisé, il s’en prend à Rose encore et encore… La violence atteint son apogée quand, un jour, il la tabasse avec ses poings et ses pieds, lui cassant le nez, la mâchoire, la défigurant…

Une reconstruction indispensable

Des plaintes sont déposées, des peines de prison sont prononcées mais ne sont pas effectuées par le coupable (les peines de moins de 1 an sont aménageables…). Le paroxysme est atteint le jour où il vient muni d’une grande arme blanche et menace de la tuer.

Rose arrive à s’échapper aux urgences et fait prévenir les gendarmes qui interpelleront l’homme. Après une énième plainte, il écopera de 3 ans de prison ferme.

Soutenue par sa famille, Rose arrive maintenant à se reconstruire, à reprendre confiance en elle et dans les hommes.

Les méfaits de cette histoire subsistent, Rose a peur du noir, des sous-sols, d’être seule dans une ruelle, d’être vulnérable…

Mais aujourd’hui, mariée et de nouveau maman d’un petit garçon, elle rayonne et se sent au paradis.

Arrêtons les violences 3919

Parité en entreprise : Portrait d'Audrey, la Dévouée

portrait femme audrey

Dans le cadre de son action PARITÉ et en amont de la journée internationale des droits des femmes, le fonds de dotation LIP S’engage a souhaité mettre en avant 5 femmes du Groupe LIP. 5 femmes au parcours aussi bien exceptionnel que différent. Chaque jour de la semaine, nous vous présentons le parcours et le combat d’une de ces wonderwomen.

La famille, c’est tout ce qui reste quand on a tout perdu

Printemps 2020, la COVID-19… Cette triste période, ce début de pandémie, tout le monde s’en souvient. Vivre un confinement, inimaginable il y a encore quelques mois, et pourtant… Tout le monde a plus ou moins bien vécu cet événement mais Audrey, responsable au sein d’une agence d’intérim LIP Mantrans, et sa famille, certainement encore plus difficilement que les autres.

À la fin du confinement, vers le mois de mai 2020, Audrey apprend que son frère, alors âgé de 33 ans, est atteint d’une Leucémie (LAL), un cancer du sang qui impacte tous les organes ! C’est suite à de nombreuses douleurs répétées dans le dos et une sensation de fatigue extrême, qu’il décide de faire une batterie d’examens. Le résultat est sans appel, c’est la douche froide pour toute la famille.

À ce moment-là tout s’accélère. Entré à l’hôpital pour passer des examens, il n’en ressortira que deux mois plus tard. Habitant seul à Paris suite à sa séparation, et nouvellement célibataire, il fait le choix au bout de 15 jours d’être transférer à l’hôpital de Bordeaux, auprès de ses proches. Le transfert n’étant pas pris en charge et coûtant très cher, une cagnotte est organisée auprès de toute la famille pour pouvoir payer le trajet.

La vie d’Audrey est bouleversée

Il faut alors jongler entre les problématiques du travail liées à la pandémie, son foyer, et son frère malade. Elle est là pour lui, tous les jours, à chaque instant.

Dès son arrivée à Bordeaux, il enchaîne les séances de chimiothérapies et de radiothérapies. Sans résultat.

Régulièrement mis en aplasie et donc en chambre stérile, la situation est difficile pour les membres de sa famille qui, à cause de la Covid, ne peuvent pas le toucher, l’embrasser, le serrer dans leurs bras pour le réconforter, une distance devant être respectée.

Le don de moelle osseuse devient indispensable

Suite à ses mauvais résultats, les médecins en viennent à l’alternative du don de moelle osseuse. Il faut trouver un donneur compatible. On teste d’abord la fratrie, Audrey et son petit frère sont chacun compatibles à 50 %. Un étranger lui, est compatible à 100%. Faisant partie d’un nouveau protocole médical, c’est un tirage au sort qui décidera du donneur. Finalement, ça sera la greffe intrafamiliale car il y a plus de chance de réussite, d’autant plus si le donneur est un homme.

C’est donc pour donner toutes les chances à son frère que le donneur ne sera pas Audrey mais son petit frère. La greffe se passe en novembre et pour l’instant, tout semble avoir bien fonctionné, il n’y a pas de rejet. Le drame a été évité !

Des montagnes russes émotionnelles

Cette maladie, tous ces rendez-vous perpétuels à l’hôpital, la multitude d’examens, d’analyses, d’attente de résultats mettent la famille à rude épreuve. De véritables montagnes russes émotionnelles. Audrey est forte et tient le coup, il le faut, pour son frère, son foyer, sa famille. Cette épreuve lui a aussi appris l’importance des dons d’organes et de sang.

Se sentant peu concernée jusqu’à présent, désormais elle se fait un point d’honneur à donner son sang régulièrement car la vie ne tient qu’à un fil, tout peut basculer en un instant.

Savez-vous qu’un don de sang peut sauver 3 vies ?

Donner son sang et ses plaquettes ne prend que très peu de temps, n’est pas dangereux ni douloureux mais peut sauver des vies. Si vous aussi vous souhaitez donner, rendez-vous sur le site de  l’EFS.

don du sang

Parité en entreprise : Portrait d'Arminda, l’Entrepreneuse

portrait femme arminda

Dans le cadre de son action PARITÉ et en amont de la journée internationale des droits des femmes, le fonds de dotation LIP S’engage a souhaité mettre en avant 5 femmes du Groupe LIP. 5 femmes au parcours aussi bien exceptionnel que différent. Chaque jour de la semaine, nous vous présentons le parcours et le combat d’une de ces wonderwomen.

Une femme active et dynamique

Arminda, notre directrice d’agence au Luxembourg, a toujours été une femme active, dynamique. Avant de faire partie du Groupe LIP, Arminda, déjà dans l’intérim, sillonnait régulièrement les villes du quart Nord-Est de la France. Les déjeuners rapides, sur un coin de table, une pause sandwich ou un repas pris seule au restaurant elle connait !

Un jour, au restaurant où elle déjeune régulièrement, elle est intriguée par un groupe de femmes qu’elle observe dans l’arrière-salle. Elle se demande alors : Que font-elles ?

La découverte d’une association de femmes pour parler parité en entreprise

Le serveur lui explique alors qu’il s’agit d’une association de femmes qui se regroupe une fois par mois pour discuter emploi, lancer quelques idées, générer des formations, des montées en compétences, faire de l’insertion… Arminda découvre alors EST’elles Exécutive, association créée en 2008, ouverte aux femmes de tous âges et de tous horizons professionnels.

Ses principaux objectifs sont de promouvoir les talents, les réussites et les ambitions au féminin, ainsi que les bonnes pratiques en matière d’égalité femmes/hommes.

L’un des enjeux est également d’encourager le réseautage et la mobilité professionnelle des femmes. Et les hommes aussi sont les bienvenus !

Arminda crée EST’elles Exécutive Luxembourg

Dans la foulée, Arminda va à la rencontre de ces femmes et devient adhérente de l’association, d’abord à Nancy puis à Metz (2 des villes qu’elle arpente). D’une pierre deux coups, elle occupe ses pauses déjeuners tout en profitant de cette association pour se faire un réseau, partager son expérience professionnelle et ses conseils, apprendre des autres, échanger ses bonnes pratiques. Cela va durer deux ans. Son parcours professionnel la conduit ensuite au Luxembourg. Or, l’association n’y est pas implantée, ces moments d’échanges avec ces femmes lui manquent. Arminda propose alors à la Présidente de l’association de créer une antenne.

Depuis 2016, EST’elles Exécutive Luxembourg, dont Arminda est la co-fondatrice, s’active à initier et organiser des rencontres mensuelles. Toujours autour d’une thématique particulière, les réunions se déroulent souvent de la manière suivante :

  • Rendez-vous à l’hôtel Hilton en afterwork, vers 19h (l’hôtel met gratuitement à disposition de l’association une salle pour leurs réunions, rappelons que les Hôtels Hilton du Grand Est sont dirigés par une femme !!! CQFD)
  • débat thématique autour d’un invité majeur (coach, écrivain…)
  • échanges
  • apéro/diner, moment de convivialité

Tout cela permet de créer un véritable réseautage professionnel.

Une asso bien implantée dans le Nord-Est de la France

Les antennes d’EST’elles exécutive sont implantées à Epinal, Nancy, Metz, Strasbourg et bien sûr au Luxembourg !

Vous souhaitez vous aussi devenir adhérente ou développer l’association au sein de votre ville ? Rendez-vous sur est-elles-executive.fr !

Parité en entreprise : Portrait de Diane, l’Hyperactive

portrait femme diane

Dans le cadre de son action PARITÉ et en amont de la journée internationale des droits des femmes, le fonds de dotation LIP S’engage a souhaité mettre en avant 5 femmes du Groupe LIP. 5 femmes au parcours aussi bien exceptionnel que différent. Chaque jour de la semaine, nous vous présentons le parcours et le combat d’une de ces wonderwomen.

Un oiseau de nuit au caractère bien affirmé

Diane est une femme que l’on pourrait décrire comme hyperactive ! Difficile de ne résumer son parcours et son expérience qu’en quelques mots tant il y a à dire. Consultante chez LIP Solutions RH, son parcours professionnel n’a pas toujours été aussi « normé ».

Diane cet oiseau de nuit qui, tour à tour, a été serveuse, barmaid, cheffe de rang dans des bars, des boîtes de nuit ou encore dans le célèbre bar de montagne « la folie douce ». Au caractère bien affirmé, c’est au milieu d’une bande d’hommes que Diane sera la seule femme (1 femme pour 6 hommes) à servir, en extérieur et pendant l’affluence, ces sportifs assoiffés de sensations fortes et d’alcools ! La parité n’est pas encore arrivée au sommet des montagnes.

Après cette période nocturne française, elle prend la direction du sud de l’Angleterre, à Brighton. La nuit, elle officie dans la plus grande boîte de nuit de la ville et la journée en tant que vendeuse. Mais ces vies cumulées s’accompagnent d’excès et de fatigue. Retour en France, à Lyon.

Un changement de vie professionnelle

Elle décide alors de se « ranger » et de prendre un travail aux horaires classiques. C’est lors d’une soirée que Diane fait la rencontre de l’ancien Directeur Administratif et Financier de LIP, Eric.

Il découvre cette jeune fille et instinctivement lui dit d’envoyer son CV à LIP pensant que sa personnalité pourrait matcher. Diane hésite puis ose envoyer sa candidature spontanée. Son parcours et son profil intéressent. Une rencontre s’organise entre Zélie, Diane et Coline, le courant passe tout de suite, Diane intègre la grande famille LIP.

Une hyperactive très créative

Cela fait maintenant 4 ans que ça dure. L’attrait de la nuit est plus fort que la raison, à ses débuts Diane cumulera son job de consultante et les sorties nocturnes, un temps, jusqu’à ce que son corps lui dise STOP ! Mais une telle personnalité ne peut pas se contenter de faire son job de façon classique, comme tout le monde… En dehors de son travail qu’elle fait avec passion, Diane a un besoin farouche d’actions.

Socialement dépendante, elle cumule une multitude d’activités, allant du cerceau aérien, à la couture, en passant par la création de bijoux, le tissage de perles ou encore le crochet.

Passionnée de mode, elle crée elle-même ses bijoux, ses vêtements. Elle apprend seule les différentes techniques de création. Pendant le 1er confinement, elle profite de son nouveau savoir-faire pour proposer à ses voisins de quartier de leur faire des masques en tissu.

Engagée pour soutenir les femmes

Diane ne s’arrête pas là, d’ailleurs Diane ne s’arrête jamais 😉, sensible à la cause des femmes, son prochain objectif est de s’investir auprès d’une association leur venant en aide. Et notamment contribuer à des collectes de protections périodiques, à être à l’écoute, apporter sécurité et réconfort aux femmes prostituées, SDF, victimes de violences conjugales ou en situation de précarité. Vous l’aurez compris, c’est dans l’action que Diane se sent accomplie !

Parité en entreprise : Portrait de Ludivine, l’Engagée

portrait de femme ludivine

Dans le cadre de son action parité en entreprise et en amont de la journée internationale des droits des femmes, le fonds de dotation LIP S’engage a souhaité mettre en avant 5 femmes du Groupe LIP. 5 femmes au parcours aussi bien exceptionnel que différent. Chaque jour de la semaine, nous vous présentons le parcours et le combat d’une de ces wonderwomen.

Pour la patrie, l’honneur et le droit

Après son bac ES, Ludivine décide de s’engager dans la gendarmerie en tant que gendarme adjoint volontaire. Pour cela, elle effectue trois mois de formation en école militaire. Pendant 5 ans, de 2011 à 2016, elle honore avec fierté son contrat.

À la suite de cette expérience, Ludivine fait le choix de revenir dans le secteur privé. Elle devient alors exploitante au sein d’une agence d’intérim LIP Mantrans en juillet 2018.

Mais Ludivine ne met pas son engagement de côté. En parallèle à cette nouvelle vie professionnelle, elle se porte volontaire pour être gendarme réserviste en signant un contrat d’un an à 5 ans renouvelable.

Ludivine vient renforcer les unités qui en ont besoin que l’on appelle « les personnels d’active ».

Via un site internet sur lequel les besoins des unités sont recensés, le réserviste renseigne ses disponibilités pour venir en renfort aux équipes. Il peut être affecté à n’importe quelle mission mais souvent cela tourne autour de manifestations culturelles ou sportives, surveillance générale, renfort de brigade, recherche de personnes… Il faut donner entre 1 et 60 jours par an (voire plus sur dérogation).

Ludivine, quant à elle, essaye de faire une mission tous les 15 jours.

Se rendre utile pour les autres

Avant tout, ce qu’elle aime dans cet engagement c’est la sécurité publique, le renseignement, apporter son aide aux personnes en difficulté, rechercher des disparus (fugue, personnes atteintes  de la maladie d’Alzheimer…).

Bien sûr parfois elle endosse un rôle de répression mais la majeure partie du temps consiste à protéger et secourir la population.

Ludivine, ce petit bout de femme au caractère déterminé, a besoin d’action, il faut que ça bouge, qu’elle se rende utile aux autres.

En termes de parité, comment se porte cette force armée française ?

En 2019, les femmes représentaient 19,5% de l’ensemble des effectifs militaires. Pourtant, il y a un peu plus de 30 ans, elles n’avaient pas leur place au sein de la gendarmerie. C’est en 1982 que le ministre de la Défense annonce aux gendarmes français la féminisation des métiers de terrain. Cette étape marque l’ouverture du recrutement de sous-officiers de gendarmerie aux femmes, assorti de quotas.

En 1988, une campagne de recrutement est lancée, avec pour slogan : « Gendarme ? Écrivons-le au féminin ! »

Vous avez entre 17 et 40 ans et souhaitez devenir gendarme réserviste ? C’est possible !

Toute personne de nationalité française ayant entre 17 et 40 ans et possédant une bonne condition physique peut prétendre à être réserviste gendarme. Pour cela il faut passer un test psychotechnique puis, si le test se révèle bon, il faut suivre une formation de 15 jours au sein d’une unité militaire.

Bon à savoir : un gendarme est toujours armé, même les réservistes !

Pour en savoir plus, consultez le site reservistes.fr !

Retour haut de page