Le contrat CDI intérimaire a fait l’objet d’une étude auprès des agences d’intérim et des salarié(e)s

14/03/2018 Retour à la liste

Partager

Le contrat CDI intérimaire a fait l’objet d’une étude auprès des agences d’intérim et des salarié(e)s

Depuis 2015, le Groupe LIP a signé plus de 100 CDI intérimaires. Ce nouveau contrat a permis de proposer des missions plus longues et plus fiables à nos candidat(e)s les plus motivé(e)s. Découvrons ensemble ce que la dernière étude a révélé au sujet de ce dispositif.

Décryptage du CDI intérimaire dans l’étude réalisée par l’Observatoire de l’intérim et du recrutement

Au cours de l’année 2017, deux enquêtes ont été réalisées auprès de 1 530 salarié(e)s, 13 agences de travail temporaire et 5 entreprises utilisatrices pour connaître les parcours, les profils et les difficultés liés au contrat CDI intérimaire. Faisons le point sur le rapport final rendu le 19 février 2018 par l’Observatoire de l’intérim et du recrutement.

Les principales caractéristiques de ce contrat de travail temporaire particulier

Créé en 2013 et lancé officiellement en mars 2014, le CDI-I permet de « réaliser des missions d’intérim dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée ». L’employeur du salarié est l’agence de TT mais la personne en CDI intérimaire sera amenée à travailler dans une ou plusieurs entreprises utilisatrices au cours des 36 mois de contrat (contre 18 mois pour un contrat d'intérim classique).

Un CDI-I doit être composé d’éléments obligatoires, à savoir :

  • Trois professions maximum dans lesquelles l’intérimaire est compétent ;
  • Un périmètre de mobilité (50 km par exemple) ;
  • Une garantie minimale mensuelle de rémunération (GMMR) au moins égale au Smic.

En cas de période sans activité, appelée intermission, l’intérimaire en CDI-I est rémunéré à hauteur de la GMMR inscrite sur son contrat.
Les salariés en CDI intérimaire ne perçoivent ni d’indemnité de fin de mission (IFM) ni d’indemnité compensatrice de congés payés (ICCP).

L’impact de la loi Rebsamen sur le CDI Intérimaire

Les contrats classiques de travail temporaire ont une durée maximale de 18 mois. Conscient que cette limite empêche des entreprises de faire appel à des intérimaires, une loi a été votée en 2015 pour augmenter cette durée. En effet, le 17 août 2015, la loi Rebsamen est entrée en vigueur afin de permettre aux agences d’intérim d’allonger la durée des missions jusqu’à 36 mois, contre 18 mois auparavant. Cette loi supprime également le délai de carence.

Grâce à cette réforme, les entreprises utilisatrices se sont davantage intéressées à ce type de contrat temporaire qui facilite le recrutement et la formation d’un personnel qualifié et disponible sur le long terme.

Comment sont choisis les salarié(e)s répondant aux exigences du CDI intérimaire ?

Compte tenu de la responsabilité engagée par nos expert(e)s en recrutement, ils(elles) doivent accorder une attention particulière au ciblage des intérimaires susceptibles de décrocher un contrat CDI-I.

D’après l’étude, deux principaux critères sont pris en compte pour choisir les candidat(e)s pouvant signer un CDI-I :

- L’employabilité de l’intérimaire en prêtant attention à ses compétences, ses qualifications et sa motivation. Cela dépend également du volume de demandes des entreprises d’un même secteur d’activité. Ces éléments sont indispensables pour s’assurer d’un placement sur le long terme de l’intérimaire en CDI-I ;

- La confiance car chez LIP, elle fait partie des trois valeurs de l’entreprise. Nos expert(e)s en recrutement instaurent une relation de proximité avec chacun de leurs intérimaires et sont capables de leur proposer des contrats fiables et durables. L’ancienneté d’un TT inscrit en agence d’emploi temporaire est également un critère important qui permet de vérifier son implication et sa disponibilité.

Quel est le profil des salariés en contrat CDI intérimaire ?

D’après l’étude réalisée par l’Observatoire de l’intérim et du recrutement, les travailleurs temporaires en CDI-I ont entre 30 et 50 ans et sont plus qualifiés que la plupart des autres intérimaires. Concernant les domaines d’activité, l’Industrie est surreprésentée (54%) tandis que le BTP (15%), les services tertiaires (14%) et le transport (6%) peinent à recruter des personnes en CDI intérimaire. Il est alors certain que de nombreux efforts restent à faire pour répondre aux besoins du marché de l’emploi.

Quelles sont les raisons d’accepter ou refuser un CDI-I ?

Les raisons qui poussent les intérimaires à accepter ou refuser un CDI-I sont variées mais toutes font remonter les avantages et les inconvénients de ce type de contrat hybride.

Signer un contrat CDI intérimaire pour réaliser des projets personnels et atteindre une stabilité financière

Le CDI intérimaire offre une stabilité et une sécurité de la rémunération, notamment grâce au versement de la garantie minimale mensuelle de rémunération. Cela facilite la réalisation de projets professionnels comme l’achat ou la location d’un logement, obtenir un prêt pour une voiture, ou prévoir des vacances par exemple. L’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle s’améliore considérablement et l’intérimaire se sent davantage considéré socialement. Enfin, le CDI-I est souvent vu comme un tremplin vers une embauche en CDI classique au sein de l’entreprise utilisatrice.

Les inconvénients constatés dans la pratique du contrat CDI intérimaire

Attention cependant, les résultats de l’étude prouvent que ce contrat hybride ne jouit pas encore d’une notoriété suffisamment importante pour rassurer les administrations et les organismes financiers. Malheureusement, le terme « intérimaire » reste associé à précarité et ne permet pas aux salarié(e)s ayant un CDI-I d’accéder à tous les services sans encombre.

Pourquoi certains candidats refusent de signer un CDI-I ?

Les intérimaires sont conscients de la perte de revenu générée par la signature d’un CDI-I et c’est la principale raison pour laquelle ils refusent de signer ce contrat. En effet, les congés payés et l’indemnité de fin de mission ne sont plus versés. Les travailleurs temporaires interrogés dans le cadre de l’enquête ont également fait part de la perte de liberté liée à l’obligation d’accepter les missions correspondant aux trois emplois indiqués sur leur contrat de travail.

Dans ce cas, il peut arriver que certains intérimaires décident de démissionner d’un CDI-I pour accepter des missions de travail temporaire qui sont moins contraignantes mais également moins sécuritaires. Ce cas de figure est rare et signifie que l’information fournie au salarié n’est pas assez claire ou complète.

Quels sont les impacts du contrat CDI-I sur les agences d’intérim ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la mise en place du CDI-I n’a pas été sans impact pour les agences de travail temporaire. Les activités, les outils et les missions de nos expert(e)s en recrutement ont dû être adaptés à ce nouveau contrat spécifique.
Les expert(e)s en recrutement ont dû repenser leurs relations avec les salarié(e)s intérimaires, notamment dans les termes employés qui ont changé ; on parle « d’ordres de missions » et non plus de « propositions » par exemple. Ils(elles) doivent également assurer un suivi plus régulier et consciencieux de leurs intérimaires ayant signé un CDI-I.

Pour les agences d’intérim, le CDI-I représente un niveau d’engagement et de responsabilité plus important que les contrats classiques d’emploi temporaire. Elles doivent donc limiter au maximum les intermissions, fidéliser les intérimaires mais aussi les entreprises utilisatrices qui, après avoir adopté le concept, sont à même de demander à l’agence de TT un recrutement en CDI-I.

Enfin, nos équipes doivent réaliser des entretiens professionnels. Comme tout employeur, ils(elles) ont l’obligation de recevoir leurs intérimaires chaque année pour faire un bilan de l’année passée et évoquer les perspectives de l’année à venir. Cette nouvelle mission se rapproche davantage des Ressources Humaines et impliquent une connaissance approfondie de ce processus.

Les enseignes d’emploi temporaire sont le premier relai d’informations pour donner les explications sur le CDI intérimaire

L’étude menée par l’Observatoire de l’intérim et du recrutement révèle que deux tiers des intérimaires ayant signé un CDI-I ont eu connaissance de ce type de contrat grâce à leur agence de travail temporaire (66% des cas). Progressivement, l’information se diffuse en dehors de ces agences, notamment parce que les intérimaires se connaissent entre eux et échangent régulièrement sur leurs conditions de travail.

Quatre ans après le lancement du contrat CDI intérimaire en France, de nombreux efforts doivent encore être fournis par toutes les parties prenantes. Salarié(e)s, entreprises utilisatrices et agences de travail temporaire doivent collaborer pour permettre aux intérimaires d’en bénéficier et au grand public de le considérer comme un contrat de travail avantageux.

Vous êtes à la recherche d'un emploi près de chez vous ? Nous avons plus de 2 600 offres à pourvoir dans toute la France. Découvrez-les sur notre site emploi !
 

Partager

Retour en haut