Comment se porte l’intérim BTP en France et chez LIP ?

20/04/2018 Retour à la liste

Partager

Comment se porte l’intérim BTP en France et chez LIP ?

La construction et la rénovation de locaux nécessitent l’intervention des professionnels du bâtiment et des travaux publics. Mais où en est ce secteur ? Comment se porte l’intérim BTP et quelles sont les difficultés auxquelles nous sommes confrontés ? Le Groupe LIP fait le point pour vous.

Le secteur du BTP intérim est-il en bonne santé en France ?

Plus de 570 000 entreprises dans le BTP en 2015

En 2015, l’INSEE recensait 578 759 entreprises dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, réparties majoritairement dans trois régions françaises à savoir l’Ile-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes et l’Occitanie. Même s’il s’agit pour la plupart de TPE et PME, cela représente un volume très important de salariés dédiés à la construction et à l’aménagement de tous les bâtiments privés et publics, que ce soit en neuf ou en rénovation.

Notre top 4 des métiers délégués en 2017

En 2017, les grands vainqueurs de l’intérim BTP chez LIP sont les peintres, les maçons, les chauffeurs d'engins de TP et les électriciens. Ces quatre professions ont été très représentées dans les missions confiées à nos intérimaires.

Aujourd’hui, la branche LIP Les Intérimaires Professionnels compte près de 60 agences d’intérim, dont 13 d’entre elles sont spécialisées dans le bâtiment et les travaux publics. Et ce n’est pas fini ! Nous avons pour projet d’ouvrir de nouvelles agences dans les mois et années à venir pour répondre aux besoins des entreprises sur des bassins d’emplois importants comme le Grand-Ouest et le Nord.

Qu’est-ce le BTP précisément ?

L’acronyme BTP signifie « bâtiment-travaux publics ». Jusque-là, on ne vous apprend rien. Mais savez-vous quels sont les métiers concernés ? Un petit rappel s’impose.

En France, le BTP est composé de trois familles distinctes, à savoir :

  • Le marché de la construction spécialisée qui comprend le gros œuvre et le second œuvre ;
  • Le marché de la construction et de la promotion immobilière ;
  • Le marché du génie civil et des travaux publics.

Quelle différence entre gros œuvre et second œuvre ?

Dans le vocabulaire de l’intérim BTP, on parle de professionnels du gros œuvre, c’est-à-dire les salariés et intérimaires chargés de construire les fondations et structures des immeubles, bureaux ou habitations individuelles. Maçons, couvreurs ou encore charpentiers font partie de ce secteur.

A l’inverse, le second œuvre correspond aux métiers de l’équipement et de l’aménagement intérieurs des ouvrages. Les peintres, carreleurs, menuisiers, plombiers ou encore chauffagistes sont donc des experts de ce domaine.

Pourquoi distingue-t-on le bâtiment des travaux publics ?

Malgré leur finalité commune qui est de « construire pour l’avenir et maintenir à disposition les constructions nécessaires à la production de certains services tels que le logement, le transport, l’eau l’énergie… », le bâtiment et les travaux publics n’interviennent pas sur les mêmes structures.

D’un côté, les salariés et intérimaires du bâtiment travaillent à la construction et à l’aménagement de superstructures, comme les écoles, les hôtels, les hôpitaux ou encore les logements individuels et collectifs. De l’autre, les professionnels des travaux publics travaillent à la construction de routes, ponts, barrages, voies ferrées… Tous les pros du bâtiment et des travaux publics, y compris dans l’intérim BTP, travaillent en collaboration sur des chantiers communs.

L’intérim BTP chez LIP, comment ça marche ?

Un processus de recrutement efficace

Pour répondre aux besoins des entreprises utilisatrices, les chargé(e)s d’affaires LIP suivent un processus de recrutement optimisé. Après avoir récolté les besoins auprès de leurs clients, ils(elles) se chargent de la diffusion des offres d’emploi sur les sites emploi.

Nos expert(e)s en intérim BTP reçoivent et trient les CV pour sélectionner des profils répondant aux besoins des TPE et PME. Ils(elles) réalisent des entretiens téléphoniques puis en agence pour s’assurer de la motivation et des compétences du(de la) candidat(e).

Soucieux de mettre à disposition des employeurs de véritables intérimaires professionnels, les chargé(e)s d’affaires (CA) procèdent parfois à des contrôles de référence, des tests techniques ainsi que des tests liés à la sécurité. Enfin, avant de déléguer un intérimaire sur un chantier, les CA envoient un résumé des CV aux client(e)s ou aux prospects pour qu’ils aient connaissance des compétences du travailleur temporaire envoyé en mission.

En raison des difficultés rencontrées pour trouver du personnel qualifié, les chargé(e)s d’affaires LIP se rendent sur des chantiers pour tenter de trouver de nouveaux profils et mieux comprendre les postes de travail des métiers de l’intérim BTP. Ils(elles) établissent également des relations avec les écoles et centres de formation pour se faire connaître.

Enfin, grâce à la relation de confiance que nos chargé(e)s d’affaires nouent avec leurs clients et leurs intérimaires, la cooptation permet d’accueillir de nouveaux profils correspondant aux recherches des entreprises utilisatrices.

Ce fonctionnement interne nous a permis de déléguer près de 8 000 intérimaires spécialisés dans les métiers du BTP en 2017 et ce chiffre devrait accroître davantage si l’on en croit la Fédération Française du Bâtiment (FFB) qui prévoit la création de 30 000 emplois en 2018 (salariés et intérimaires en équivalent temps plein). 

Les barrières au recrutement de personnel compétent dans les métiers du bâtiment et des travaux publics

En 2015, force est de constatée que malgré les nombreux demandeurs d’emploi sur le marché du travail, les postes à pourvoir ne séduisent pas, y compris dans l’intérim BTP.

Cette même année, l’INSEE mène une enquête auprès des professionnels du BTP et révèle les quatre freins principaux que rencontrent les chefs d’entreprise :

  • Une pyramide des âges de plus en plus instable. La moyenne d’âge des salariés et intérimaires des sociétés de BTP a augmenté et plus de 50% d’entre eux ont au moins 40 ans. A cela s’ajoute près de 30 000 départs à la retraite prévus avant 2020. Difficile dans ces conditions d’imaginer un recrutement massif permettant de pallier le problème ;
  • Une incertitude liée à la situation économique qui inquiète 25% des entreprises interrogées. Après la crise de 2008-2009, les TPE et PME du BTP s’inquiètent sur l’avenir de leur profession et prennent davantage de temps avant d'embaucher du personnel fixe ou intérimaire ;
  • Les coûts liés à l’emploi sont cités par 22% du panel. Entre les salaires, les charges sociales, les primes et potentiellement les indemnités de licenciement, les employeurs s’interrogent sur les dépenses générées par le recrutement de salariés ou d’intérimaires ;
  • La réglementation en vigueur semble également ralentir 17% des chefs d’entreprise dans leur processus d’embauche. Par exemple, depuis octobre 2017, tous les salariés et intérimaires du BTP et de l’industrie travaillant sur un chantier doivent porter sur eux une nouvelle carte BTP. Une contrainte importante qui s’ajoute à un Code du travail en constante mutation.

Malgré ces freins considérables, le BTP s’est fixé un objectif pour les dix prochaines années : recruter 100 000 jeunes qualifiés pour occuper des postes divers, allant de l’ouvrier à l’ingénieur. Et pour cela, les entreprises peuvent d’ores et déjà compter sur les agences de travail temporaire spécialisées dans l’intérim BTP ! Elles disposent d’un vivier d’intérimaires qualifiés et compétents, toujours prêts à mettre à profit leurs compétences professionnelles.

De nombreuses spécificités liées à la sécurité et aux conditions de travail dans le secteur BTP

En dehors des difficultés rencontrées par les agences de travail temporaire pour trouver des profils qualifiés, le BTP dans son ensemble doit faire face à des spécificités complexes.

Premièrement, la sécurité est un élément primordial dans les métiers du bâtiment et des travaux publics. II s’agit d’un secteur très accidentogène ce qui pousse les chargé(e)s d’affaires à connaître parfaitement les règles de sécurité à respecter sur les chantiers. Il est également nécessaire de mener une politique de prévention auprès des travailleurs temporaires et des clients. Port des équipements de protection individuelle (EPI), hygiène, respect de l’environnement et des lieux, autant de sujets sur lesquels il faut insister pour limiter au maximum les accidents de travail.

Chez LIP, pour répondre à cette exigence de l’intérim BTP, nous avons fait le choix de créer un service Qualité et Sécurité. Ainsi, nos équipes interviennent auprès des agences, des clients et des intérimaires pour rappeler les règles de bonne conduite et répondre à toutes leurs interrogations logistiques ou juridiques.

Deuxièmement, certains métiers exigent des certifications spécifiques, comme le CACES pour les conducteurs d’engins ou encore les habilitations pour les électriciens. Chaque métier a ses spécificités et nous devons nous assurer que les intérimaires professionnels disposent de tous les documents officiels à jour pour exercer leur métier dans les meilleures conditions. Dans le cas contraire, nous avons pour mission de leur faire passer les examens nécessaires.

Troisièmement, les métiers de l’intérim BTP sont confrontés aux conditions météorologiques, été comme hiver. Froid, pluie, vent, neige, chaleur, les intérimaires de ce secteur doivent faire face à des conditions de travail parfois très difficiles. Notre devoir est de tout faire pour les protéger des désagréments provoqués par le temps en leur fournissant des équipements adaptés (pull, doudoune, t shirt...).

Le travail temporaire dans le secteur du BTP en légère hausse en 2017

D’après le Prism’Emploi, avec une croissance globale de +8,5% en 2017, l’emploi intérimaire en France a créé plus de 50 000 emplois en équivalent temps plein (ETP). Cette même année, l’intérim BTP voit sa croissance variée, passant de +10,1% au premier trimestre à +3,2% au troisième pour finir à +3,5% à la fin de l’année. Une croissance moyenne de +5,4% qui est bien en dessous des secteurs du transport et de la logistique à +16%.

En ce début d’année 2018, le travail temporaire du secteur BTP observe une hausse de +6,5%, supérieure à la tendance observée sur l’ensemble de l’année 2017 (+5,4%). Rendez-vous dans quelques mois pour dresser un nouveau bilan du bâtiment et des travaux publics !

Les travailleurs détachés dans l’intérim BTP

Un travailleur « détaché » est un salarié missionné par son employeur pour travailler temporairement dans un autre État membre de l’Union Européenne.

A ce sujet, la France est le deuxième pays d’accueil de travailleurs détachés dans l’Union Européenne, juste après l’Allemagne. En 2015, plus de 286 000 travailleurs détachés ont rejoint la France, dont 27% d’entre eux dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Quant à l’intérim BTP, il comptait 25% de travailleurs détachés.

En 2015, la France était le deuxième pays européen à accueillir le plus de travailleurs détachés avec 286 000 personnes déclarées. Deux ans plus tard, 516 000 salariés détachés ont été comptabilités par les pouvoirs publics, soit une augmentation de 46% par rapport à l’année 2016. Un quart de ces salariés travaillent pour une société d’emploi temporaire, dont 20% dans l’intérim BTP. Cette augmentation significative semble venir de la mise en place de la déclaration via un télé-service performant en octobre 2016 qui permet de recenser officiellement le nombre de travailleurs détachés présents sur le territoire français de façon légale.

Le travailleur détaché est soumis à la réglementation du pays d’accueil en ce qui concerne les droits sociaux et les conditions de travail (salaire, temps de travail, politique de congés payés…). En revanche, il continue de payer les cotisations sociales de son pays d’origine, sauf si sa mission dure plus de 18 mois. C’est en tout cas ce que viennent de décider le Conseil européen et le Parlement en avril 2018, afin de « revenir à l’essence du travail détaché ».

Vous êtes un(e) professionnel(le) du gros œuvre, du second œuvre ou des travaux publics et vous recherchez un emploi en CDI, CDD, ou une mission de travail temporaire ? Contactez nos chargé(e)s d’affaires spécialisé(e)s ! Ensemble, vous faites le point sur votre expérience et vos compétences, et vous déterminez vos critères de recherche pour trouver rapidement le poste qui vous correspond.

Partager

Retour en haut