Plaquiste-plâtrier

fiche metier plaquiste platrier

Après le gros œuvre, place aux travaux de finitions ! A vos marques, prêts, plaquez et plâtrez tous ces murs ! Armé de ses outils et de sa motivation, le plaquiste-plâtrier fait tout son possible pour donner vie aux pièces d’un bâtiment.

Inscription intérimaire

infographie plaquiste platrier

En entendant le mot “placo”, tu imagines mille et une choses. Il ne s’agit pas d’une marque de jus de fruits, ni d’un jeu de société, encore moins d’un réseau social. On parle ici du métier de plaquiste, expert en pose de faux plafonds et murs pour isoler l’intérieur des bâtiments. Te voilà prêt à sortir ta caisse à outils pour intervenir sur le chantier ? Un peu de patience tout de même, prends quelques minutes pour découvrir cette profession du domaine du second-œuvre 🙂

Plus d’informations sur la fiche métier plaquiste plâtrier

Description du métier de plaquiste

Aménager et isoler l’intérieur des bâtiments publics ou privés, voilà la principale mission d’un plaquiste professionnel. Pour y parvenir, il pose des cloisons et des faux plafonds. Cela permet d’isoler de la chaleur ou du froid mais aussi du bruit (isolation phonique). Il doit également veiller à bien laisser passer les gaines techniques pour les raccordements confiés à ses confrères du second œuvre (plombier, électricien notamment).

Au quotidien, le plaquiste intervient sur des chantiers de rénovation ou de construction neuve. Il travaille avec les autres corps de métier du bâtiment et est souvent compétent en plâtrerie ce qui lui permet de procéder aux finitions d’enduit et de joints.

Tu l’auras compris, son rôle consiste à poser les cloisons afin de délimiter les différentes pièces. Pour cela, il s’appuie sur les plans fournis par les architectes et doit tenir compte des spécificités du bâtiment, notamment pour ses confrères menuisiers qui interviennent après pour procéder à l’installation des ouvertures (portes, fenêtres, baies vitrées…).

Quelles compétences et qualités pour devenir plaquiste plâtrier ?

Comme dans tous les secteurs d’activité, le métier de plaquiste requière des compétences techniques particulières qui s’acquièrent au cours d’une formation professionnalisante. Tout d’abord, tu dois savoir lire des plans de construction et prendre des mesures pour déterminer les matériaux et outils nécessaires. Tu apprends également à manier les différents outils mis à ta disposition (équerre, niveau, perceuse, lève-plaques…) et à appliquer des enduits ou de la colle correctement.

Humainement, un bon plaquiste est une personne soigneuse et méticuleuse. Une bonne condition physique s’avère indispensable, notamment pour porter le matériel. Tu envisages de devenir plaquiste professionnel ? Si tu n’es pas allergique à la poussière, c’est dans tes cordes !

Quelles études pour devenir plaquiste professionnel ?

Plusieurs cursus scolaires existent pour se former au métier de plaquiste. Tu peux commencer par un CAP dans les métiers du plâtre et de l’isolation ou par une mention complémentaire (MC) de plaquiste.

Ensuite, tu peux poursuivre avec un bac pro aménagement et finition du bâtiment ou un brevet professionnel métiers du plâtre et de l’isolation. Si tu es motivé et que tu veux parfaire tes connaissances, sache qu’il existe un BTS finitions aménagement des bâtiments.

Une fois diplômé, tu peux obtenir des certificats de qualification professionnelle pour te spécialiser dans les plafonds modulaires.

La majorité des études proposées sont accessibles en apprentissage. Comme pour tout métier manuel, c’est le meilleur moyen de te frotter à la réalité du métier ! En cours, tu abordes les questions théoriques et en entreprise, tu es dans le vif du sujet et interviens sur les chantiers avec tes collègues. C’est l’occasion de mettre un premier pied dans le monde du travail et de peut-être te faire embaucher à la suite de tes études ?

Le revenu d’un plaquiste débutant et expérimenté

En démarrant dans la vie professionnelle, une personne exerçant le métier de plaquiste perçoit un salaire équivalent au SMIC. Après plusieurs années d’expérience, il est possible de toucher plus de 2 000 euros brut. En fin de carrière, la rémunération d’un plaquiste confirmé peut atteindre 30 000 euros brut par an, soit 2 500 euros par mois. On parle ici du salaire de base, il faut alors rajouter les primes de panier repas et de trajet le cas échéant.

Fiche métier plaquiste et perspectives d’évolution

Au cours d’une carrière dans le BTP second-œuvre, les changements de poste sont fréquents. C’est en travaillant au contact des autres ouvriers de ce domaine que tu peux te découvrir une nouvelle passion pour une autre profession. Tu peux alors te réorienter ou briguer un poste à responsabilité comme chef de chantier ou chef d’équipe.

Si le statut d’ouvrier ne te convient plus, il te reste une solution : l’entrepreneuriat. Tu peux te mettre à ton compte en créant ta propre activité artisanale. Seul ou en embauchant des plaquistes, te voilà chef d’entreprise avec tous ses avantages et ses inconvénients ?

Après tout, cette fiche métier de plaquiste est là pour t’aiguiller, t’aider à faire les meilleurs choix, non ?! Alors on ne te cache rien, promis !

Dans quelles entreprises exercer le métier de plaquiste plâtrier ?

La majorité des postes de plâtriers-plaquistes sont à pourvoir dans les entreprises spécialisées dans le BTP second-œuvre. Il en existe de toutes les tailles, allant du petit artisan local à l’ETI (entreprise de taille intermédiaire) qui dispose de plusieurs dizaines de professionnels de la rénovation et de la construction.

Des postes de plaquistes en CDI, CDD et intérim

Les opportunités étant très nombreuses dans la France entière, nous te conseillons de t’intéresser aux entreprises qui recrutent pour connaître la typologie de clients (particulier et/ou professionnel) et de chantier (rénovation et/ou construction neuve, bâtiments publics ou privés…).

Tu peux également orienter tes recherches d’emploi en fonction du type de contrat de travail que tu souhaites décrocher. Entre CDI, CDD et intérim, tu as le choix du roi ! Chaque contrat possède son lot d’avantages et d’inconvénients, à toi de déterminer celui qui te correspond le mieux.

Autres métiers du domaine du BTP second-œuvre

Retour haut de page