Scaphandrier

fiche métier scaphandrier

Dans la rubrique “métier atypique”, je demande celui de scaphandrier ! Rien qu’en lisant le mot, tu imagines une personne avec un costume digne d’un chef-d’œuvre du 7ème art. Et pourtant, c’est bel et bien un équipement professionnel que porte le plongeur ! Avec ce scaphandre, il peut descendre dans les eaux profondes pour effectuer des travaux de réparation, de soudage ou de contrôle. Tu veux tout savoir les missions de cet expert du milieu hyperbare ? Découvre la fiche métier de scaphandrier sans plus attendre ! Prends un bon bol d’air et hop, c’est parti ! 😉

Inscription intérimaire

infographie metier scaphandrier

Description du métier de scaphandrier

Le scaphandrier, ou plongeur professionnel, exerce un métier atypique. Il suffit de demander autour de toi qui connait un scaphandrier pour te rendre compte que c’est une profession rare. Et pour cause ! Les conditions de travail et les missions sont très particulières.

Le plongeur, comme son nom l’indique, passe son temps dans l’eau, et plus précisément dans ce que l’on appelle les eaux profondes. Il intervient en milieu hyperbare, c’est-à-dire dans un milieu où la pression est supérieure à celle de l’atmosphère.

Ses missions consistent à réaliser des tâches qui s’effectuent habituellement à l’air libre, dans un atelier ou sur un chantier industriel. Il s’agit notamment de soudure, de découpe de métaux, de raccords de tuyauterie, de travaux de maçonnerie ou d’inspection d’épaves.

Il peut descendre à des profondeurs extrêmes, entre 150 et 200 mètres. Quand on pense qu’en descendant à 3 mètres dans la piscine on a déjà mal aux oreilles ! Mais bien évidemment, le scaphandrier possède un équipement adapté à la pratique de son métier.

Le scaphandrier est un plongeur professionnel (parfois appelé plongeur industriel pour le distinguer du moniteur de plongée) qui est apte et formé pour intervenir en milieu hyperbare. Ainsi, il doit connaître et respecter les procédures pour accéder au chantier, travailler en profondeur et remonter en toute sécurité.  Cette technicité s’applique dans des secteurs très variés : travaux maritimes, opérations de génie civil, industrie nucléaire ou pétrolière, archéologie sous-marine.

Les différentes missions d’un scaphandrier professionnel

En fonction de l’entreprise dans laquelle il travaille, les missions du plongeur peuvent être très différentes. Il peut par exemple être appelé pour évacuer un élément immergé, inspecter des barrages, réaliser une opération de déminage, participer à une opération militaire ou encore secourir des personnes victimes d’un accident en milieu immergé.

Des conditions de travail particulièrement sensibles

En évoluant dans un milieu marin et hyperbare, le plongeur professionnel ne travaille pas plus de trois heures par jour et n’est jamais tout seul pour une question évidente de sécurité. Il communique avec les équipes restées à la surface de l’eau pour expliquer ce qu’il fait, ce qu’il voit et les rassurer.

Il travaille dans des conditions de travail difficiles, qui n’ont rien à voir à un baptême de plongée pendant lequel tu observes les poissons et les coraux. Lorsqu’il intervient pour mener des travaux sur un bateau, un barrage ou une épave, le scaphandrier doit composer avec une mauvaise visibilité, une eau froide (malgré la combinaison) et polluée, le courant maritime… Sans oublier son équipement qui est lourd et encombrant.

Quelles études faut-il suivre pour devenir scaphandrier ?

Tu l’auras compris, le métier de plongeur sous-marin est très technique et requiert des compétences particulières. Pour apprendre cette profession, il est indispensable de suivre une formation spécifique qui définit la profondeur à laquelle il peut évoluer et les travaux qu’il peut réaliser. Il existe 4 classes de profondeurs :

  • Classe 0 pour travailler jusqu’à 12 mètres de profondeur ;
  • Classe I pour travailler jusqu’à 30 mètres de profondeur ;
  • Classe II pour travailler jusqu’à 50 mètres de profondeur ;
  • Classe III pour travailler au-delà de 50 mètres de profondeur.

En parallèle, il te faut obtenir une mention. Là aussi, il en existe plusieurs qui dépendent des missions qui t’intéressent. Par exemple, la mention A permet de réaliser des travaux subaquatiques tandis que la mention B concerne les activités physiques ou sportives, l’archéologie sous-marine ou encore l’aquaculture.

En France, l’INPP (institut national de plongée professionnelle) est un centre agréé à dispenser la formation de toutes classes (I, II, III) et de toutes mentions (A, B, C, D). Il est situé à Marseille, sur le port de la Pointe Rouge. Il existe également l’école nationale des scaphandriers (ENS) à Fréjus.

Pour en savoir plus sur les certifications et mentions, rapproche-toi de ces deux établissements. Tu peux te rendre sur place pour poser toutes tes questions et obtenir de la documentation.

Compétences et qualités pour devenir scaphandrier

Pour exercer le métier de plongeur scaphandrier, il est indispensable de maîtriser la plongée à différentes profondeurs… Étonnant, n’est-ce-pas ? Mais ce n’est pas tout ! En dehors d’avoir une excellente condition physique, des compétences techniques sont requises.

Chaque année, le scaphandrier doit se soumettre à une visite médicale très poussée qui permet de vérifier sa capacité à exercer son métier. En règle générale, on observe que les plongeurs opèrent une reconversion professionnelle aux environs de la quarantaine et optent pour des professions imposant des conditions de travail moins difficiles.

Techniquement, le plongeur sous-marin connaît sur le bout des doigts son matériel et son usage sous l’eau. Il sait communiquer avec ses collègues et en fonction des missions qui lui sont confiées, il doit avoir des compétences en soudure, maçonnerie, sauvetage… Sa grande rigueur et sa concentration font de lui un professionnel très recherché.

Quelle que soit la situation à laquelle il est confrontée, il ne doit jamais perdre son sang-froid, au risque de mettre sa vie en danger. Il est sous pression constamment… parfois bien plus que sur terre ! 😉

Salaire d’un scaphandrier débutant et expérimenté

Compte tenu des risques encourus, des profils rares qui exercent le métier de scaphandrier, les salaires proposés sont particulièrement élevés. En début de carrière, le salaire fixe peut très vite dépasser les 2 500 euros brut par mois, en fonction de la spécialité. Il faut ajouter à cela la prime de risques, les déplacements ou encore les frais professionnels pris en charge par l’entreprise. Selon l’école nationale des scaphandriers, le salaire horaire d’un jeune diplômé est généralement supérieur de 15 à 30% par rapport au SMIC.

A titre d’exemple, dans l’exploitation pétrolière offshore, un scaphandrier sortant de l’école peut percevoir une rémunération de 10 000 euros par mois ! Il perçoit son salaire fixe mais aussi des frais de grand déplacement puisqu’il part pendant plusieurs mois sur une plateforme au beau milieu de la mer.

Les postes à pourvoir ne sont pas aussi nombreux que ceux de l’industrie classique mais les profils sont rares et les entreprises n’hésitent pas à mettre la main à la poche pour les attirer avec une rémunération intéressante.

Les perspectives d’évolution pour un scaphandrier

Pour se perfectionner et découvrir tous les aspects du métier, il est possible de suivre des formations complémentaires en soudure terrestre ou sous-marine, ou des certifications permettant de travailler sur des installations en mer comme des plateformes pétrolières ou éoliennes.

La carrière d’un plongeur sous-marin est de courte durée en raison des conditions de travail. A l’âge de 40 ans environ, il est fréquent que ce professionnel se reconvertisse pour exercer un métier dit “de surface”. Il reste souvent dans le domaine industriel, et non loin de ses collègues plongeurs pour les former ou les accompagner en tant que chef d’équipe, chef de chantier ou conducteur de travaux. Quand on tombe dans le grand bain, difficile de le quitter… 😉

Où exercer le métier de scaphandrier ?

Direction le bord de mer pour apprendre le métier et l’exercer dans les meilleures conditions. Que ce soit en France ou à l’étranger, les postes de scaphandriers sont à pourvoir dans des entreprises industrielles qui interviennent sur des chantiers particuliers, ou dans l’armée. Tu peux décrocher des missions en tant qu’expatrié, c’est d’ailleurs le meilleur moyen de découvrir de nouveaux univers et de bien gagner ta vie.

Autres métiers du domaine de l’industrie

Retour haut de page