Comment est calculé le salaire d’un CDI intérimaire ?

21/01/2019 Retour à la liste

Partager

Comment est calculé le salaire d’un CDI intérimaire ?

Créé en 2015, le CDI intérimaire est officiellement devenu contrat de travail en 2018. Depuis sa création, plus de 27 000 CDII ont été signés en France, et cela ne semble pas prêt de s’arrêter. Nos professionnels de l’interim vous disent tout sur le salaire d’un CDI Intérimaire.

Le salaire d’un CDI intérimaire pendant les périodes de mission

Lorsqu’un intérimaire signe un CDII auprès de son agence d’emploi, il prend connaissance de ses missions mais également de sa rémunération. Son(sa) chargé(e) d’affaires ou consultant(e) lui explique les subtilités de ce contrat de travail particulier, notamment en ce qui concerne son salaire.

Une rémunération fixe durant les périodes d’intermission

Dans le cadre d’un CDII, l’intérimaire perçoit ce que l’on appelle une « rémunération mensuelle minimale garantie » pour assurer des revenus même lors des intermissions. Son montant est indiqué dans le contrat de travail initial du travailleur temporaire. Il dépend du statut du salarié et ne peut être inférieur aux planchers suivants :

  • L’équivalent du SMIC à temps plein pour les ouvriers et employés ;
  • 115% du SMIC à temps plein pour les agents de maîtrise et les techniciens ;
  • 125% du SMIC à temps plein pour les cadres.

Les obligations d’un salarié en CDI Intérimaire

Tout au long de son CDII, l’intérimaire doit accepter les missions proposées par son agence d’emploi, dès l’instant qu’elles respectent les conditions fixées dans le contrat de travail, à savoir :

  • Compatibles avec les emplois définis dans le CDI ;
  • Situées dans le périmètre de mobilité défini dans le CDI ;
  • Accompagnées d’une rémunération au moins égale à 70% du taux horaire de la mission précédente.

Enfin, lors des intermissions, le salarié en CDII doit rester à la disposition de son agence d’interim pour décrocher de nouvelles missions ou suivre des formations qualifiantes. En cas d’absence, l’intérimaire doit poser des congés payés auprès de son entreprise de travail temporaire.

Salaire d’un CDI intérimaire : quid des indemnités de fin de contrat ?

Lorsqu’un intérimaire termine une mission de travail temporaire, il perçoit une prime de précarité, appelée indemnité de fin de mission (IFM), et une indemnité compensatrice de congés payés (ICCP). Elle représente chacune 10% de la rémunération brute versée à l’intérimaire après qu’il ait terminé sa mission.

Dans le cadre d’un CDII, le salarié ne perçoit pas de prime de précarité car son contrat de travail exclut, par défaut, le phénomène de précarité que connaissent les salariés en CDD ou en CTT classique. Enfin, en ce qui concerne les congés payés, le salarié en CDI Intérimaire a la possibilité de les poser pendant les périodes d’intermissions. Dans ce cas, il ne perçoit pas d’ICCP.

Quels sont les avantages du CDI intérimaire ?

Ce contrat de travail hybride entre le travail temporaire et le CDI permet aux salariés de bénéficier de nombreux avantages :

  • La garantie d’un salaire mensuel, même en cas d’inactivité ;
  • La possibilité de suivre des formations lors des intermissions ;
  • L’occasion de varier les expériences professionnelles ;
  • L’accès facilité aux différents organismes grâce au statut CDI (banques, logements…) ;
  • La pose des congés payés ;
  • La mutuelle pour assurer la prise en charge des frais médicaux.

Enfin, dans le cadre d’un CDI Intérimaire, une mission peut durer jusqu’à 36 mois ce qui permet au salarié de mener à bien des projets personnels sans se soucier de son avenir professionnel.

Vous êtes à la recherche d’un emploi durable et épanouissant ? Retrouvez plus de 1 500 offres à pourvoir sur notre site emploi !

Partager

Retour en haut