Le Groupe LIP fête déjà ses 10 ans !

07/02/2018
Le Groupe LIP fête déjà ses 10 ans !

A l'occasion des 10 and du Groupe LIP, le PDG Fabrice Faure revient sur les débuts de cette aventure.

Le commencement d'une longue et belle aventure

Ça a commencé le vendredi 1er Juillet 2005. La veille au soir, on avait choisi d’inaugurer notre première agence LIP située à Villeurbanne, près de Lyon. Les locaux sentaient le neuf et la peinture était encore fraîche, et l’enseigne LIP - Les Intérimaires Professionnels venait d’être posée.

Juridiquement, la société a été créée le 23 mars 2005, quelques mois avant l’ouverture officielle. Nous avons profité de ce moment pour trouver l’agence, rencontrer des partenaires bancaires qui accepteraient d’ouvrir les comptes et de régler les problèmes de caution, obligatoire dans notre profession.

Savoir s’entourer des bons associés

J’avais deux associés minoritaires, sollicités pour deux raisons bien distinctes. Gilles, le premier, de 20 ans mon aîné, devait me présenter des banquiers et m’expliquer les rouages du monde financier. Nicolas, le second, un ancien collègue, était là pour nous obtenir le sésame de la caution.

Mais le premier président de LIP fut mon père. Il avait accepté de porter mes parts à la création, ainsi que la gérance, durant cette période pendant laquelle je n’avais pas le droit de faire de l’intérim (clause de non-concurrence oblige). D'ailleurs, c’est lui qui a signé les statuts chez notre conseiller. Il a également déposé à la banque, en son nom, le chèque que je lui avais remis pour que la société existe enfin.

Malheureusement, il n’a pas connu grand-chose de l’histoire de LIP. Mais je suis très fier de me dire que nous avons réussi à nous croiser, pour le job, une seule et vraie fois. Il a été mon père, mais aussi finalement mon patron jusqu’à l’automne de cette année-là. Un patron extraordinaire puisqu’il n’en avait que le titre. Et j’avais le privilège, forcément, d’avoir une paix royale.

Des débuts sur les chapeaux de roues…

Cette nuit d’ouverture, on avait fini tard, très tard. On avait arrosé cette aventure naissante et un peu folle avec quelques verres de champagne. Pour l’anecdote, je me suis même réveillé en retard pour le premier jour !

Josianne, mon assistante, avait levé le rideau sur les 7 premiers contrats. Puis, nous avons passé la journée à préparer l’ouverture, la « vraie », celle du lundi 4 juillet 2005. Nous avons rappelé les intérimaires qu’on connaissait, des tuyauteurs et des soudeurs pour la plupart, et avons repris contact avec tous nos anciens clients.

Ils furent 37 intérimaires en poste le premier lundi, et 42 professionnels dès le mardi, embarqués dans ce petit bateau. Le navire LIP pouvait enfin partir en mer ! Je vivais le démarrage de l’entreprise comme une grande épopée qui nous attendait. Je ne savais pas faire grand-chose, mais je croyais en nous. Je croyais que chaque homme et chaque femme qu’on allait rencontrer pourraient nous emmener plus loin. J’avais un projet et un cap.

Dix ans plus tard, le 1er juillet 2015, la coque et l’embarcation de notre bateau ont bien changé. Mais pas l’âme qui règne à bord. Je m’arrête un instant pour regarder. Je n’aime regarder que devant. Loin, vers l’horizon. Stop ! Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient.

… Mais pas de tout repos pour le Groupe LIP

Ça a continué ainsi. Chaque semaine, il y avait plus d’intérimaires, plus de clients. On prospectait, on recrutait sans cesse. Nous cherchions les meilleurs compagnons. Ils allaient en atelier, partaient sur chantier. On les envoyait dans toute le France et parfois même à l’étranger. Ça marchait. Il y avait de l’énergie, de l’effervescence et du succès.

Tous les vendredis après-midi, j’appelais notre banque afin d’être certain qu’elle ne nous refuse aucun des chèques d’acompte que nous émettions. Nous étions toujours bien au-delà des découverts autorisés. Nous flirtions systématiquement avec l’incident et j’étais terrorisé à l’idée de ne plus pouvoir payer personne, dès la fin du premier mois. Mais ça passait, sauf la boule dans le ventre. La peur de ne pas pouvoir honorer les échéances.

Il a fallu très rapidement embaucher une comptable en apprentissage, notamment parce que je ne savais pas qu’il fallait quelqu’un pour établir les déclarations de TVA, d’URSAFF et de toutes les autres charges à payer. Il a fallu apprendre en faisant les choses, en étant confronté aux problèmes.

Un an après, plus de 100 intérimaires en poste

Pour notre premier anniversaire en 2006 donc, LIP - Les Intérimaires professionnels comptait 125 intérimaires en poste. Nous avions déjà lancé l’activité Bâtiment Second Œuvre. Les peintres, plaquistes, jointeurs, électriciens et menuisiers prenaient maintenant le café avec les hommes de la métallurgie, dans les bureaux déjà trop étroits de l’agence de Dutriévoz.

Ils sont 5 permanents à avoir connu LIP quand nous n’avions qu’une seule agence. Ils sont 5 permanents, toujours présents dans l’entreprise, à avoir démarré entre février 2006 et février 2007 : Didier, Delphine, Céline, Alexandre et Meriem. Ils ont été chacun, à leur façon, des entrepreneurs de LIP. C’est sur ce modèle que nous avons recruté, et que nous continuerons à le faire, tous nos collaborateurs : des porteurs de projet. Ainsi est née notre seconde agence lyonnaise avenue Jean Jaurès, dans le 7ème arrondissement.

Des valeurs, une culture d’entreprise et une volonté d’avancer

Mais je crois surtout, aujourd’hui, qu’est née à cette époque une chose bien plus forte encore : une culture d’entreprise. Une philosophie de  travail autour de phrases très simples comme « Notre premier client est notre intérimaire », « On se bat pour lui », « On lui DOIT un job chaque lundi », « On respecte les gens », « On s’acharne à bosser parce que le travail paye tout le temps » ou encore « On est aussi là pour prendre du plaisir sinon ça ne sert à rien ».

Plus tard, en octobre 2011, on posera dans le marbre nos valeurs, après un sondage en interne. Valeurs faites de Confiance, de Professionnalisme et d’Esprit d’Equipe. Elles sont affichées dans chaque bureau, chaque agence, et j’ai la conviction qu’elles résument qui nous sommes et comment nous abordons notre métier.

De nouveaux métiers pour répondre au marché de l’emploi

Ces valeurs nous ont sauvés plus d’une fois, notamment avant la pire des tempêtes avec le début de la crise d’octobre 2008. J’étais convaincu que rien ne pourrait nous arrêter parce que nos clients et nos intérimaires nous faisaient confiance et ne cessaient d’être plus nombreux. Nous étions toujours dans la métallurgie et le Bâtiment Second Œuvre, mais avions également ouvert notre champ d'actions à la Mécanique Automobile et Poids Lourds, dans le Transport et la Logistique, les Espaces Verts, le Gros Œuvre et le Bureau d’Etudes.

En 2007, nous comptions 280 professionnels en poste et plus de 400 l’été suivant. Nous avons enchaîné les ouvertures d’agences dans la région Auvergne-Rhône-Alpes et avons inauguré notre premier siège rue Garibaldi à Lyon. Au total, 26 permanents ont rejoint l’aventure LIP en l'espace d'un an.

Des épreuves difficiles à surmonter

Un drame professionnel commence toujours par le coup de fil d’un banquier. Les résultats ne lui vont pas alors il s’inquiète. Forcément, le chiffre d’affaires baisse et les découverts s’envolent. Le banquier est mécontent, le fait savoir et demande des comptes. Il remarque même qu’il y a moins d’intérimaires et que le nombre de clients facturés chute. C’était la spirale infernale, avec la boussole cassée qui ne voulait plus donner le Nord. J’ai perdu ma voix de Mars 2009 à Septembre 2009.

Sûrement parce que le banquier avait raison. Et qu’à cause de ça, j’ai dû faire partir 8 permanents dont les résultats commerciaux individuels n’étaient pas suffisants. Car pour certains, trop récents dans l’entreprise, ils n’avaient pas eu le temps de développer leurs affaires. Ils ne sont pas partis le même jour, mais sur une période de 6 mois. De mon côté, j’étais persuadé qu’il y aurait un sursaut dans notre business et que ça allait s’arranger avec un coup de baguette magique. Mais il fallait regarder les choses en face. Le père noël n’existe pas, et la crise allait durer.

A quelques jours du 10ème anniversaire du Groupe LIP, nous parlions de nous dans le journal. Il parait que ça a de la gueule le bateau en 2015 : 43 ports d’attache, 170 collaborateurs, 3 000 intérimaires en poste à l’approche de l’été 2015 et plus de 1 500 clients que nous nous efforçons de satisfaire chaque jour.

Mais, bizarrement, je crois que l’une de mes plus grandes fiertés est d’avoir pu réembaucher, des années plus tard, un de ces collaborateurs à qui j’avais dû demander de partir. De le savoir en place dans l’entreprise fait partie de ces petites anecdotes qui sont en fin de compte de grandes victoires dans ce monde de brutes.

Nous aurons tellement appris en 2009. Ce fut l’acharnement du personnel présent qui permit de passer ce mauvais cap. Le succès rend con, l’échec apprend l’humilité. Il fallait l’accepter, s’adapter, relever la tête. Avoir les meilleurs collaborateurs à ses côtés et envisager de se diversifier.

Alors on est repartis naviguer, gonflés d’orgueil, avec l’envie de se battre et de continuer le projet LIP. La crise, de toute façon, ne cesserait pas, elle est même toujours bien là. Mais heureusement, il y eut de nouveau un peu de soleil dans nos voiles début 2010.

Petit projet deviendra grand

Un peu avant l’année 2010, 2 géants de l’intérim fusionnent entre eux pour donner naissance à un mastodonte du secteur. LIP, le petit poucet que nous étions, a pris le parti d’ouvrir ses portes en grand parce que nous étions convaincus que de nombreux intérimaires et clients ne trouveraient plus leur place dans cette multinationale. Ainsi, pendant deux ans, nous avons ouvert des agences dans les villes de Montpellier, Grenoble, Marseille, Bourg-en-Bresse, Péage de Roussillon, Bourgoin-Jallieu, et Nice.

Un développement stratégique dans les régions dynamiques

Sous l’impulsion de Delphine, les régions Rhône-Alpes et Bourgogne ne cessèrent de progresser et de se développer. De nouveaux collaborateurs arrivaient chaque mois pour étoffer et renforcer les équipes. Je l’avais vue démarrer comme commerciale au tout début, à Dutriévoz, pour lancer le BTP. Je la revois recruter son premier peintre, ou mettre son premier gars au boulot, comme on dit dans notre jargon. Puis ouvrir sa première agence, et la seconde. Ainsi de suite.

Le sud prenait vie sous l’autorité de Renaud, comme une nouvelle étape dans l’histoire de LIP. La première pierre posée, près de la mer, fut à Montpellier, en avril 2010. Renaud et Arnaud venaient du Nord et cherchaient un projet (et le soleil).

Je les revoie, le premier jour, dans leur bureau vide, Boulevard de Strasbourg, avec des armoires vides, sans aucun intérimaire, ni client à contacter. Ils prenaient un air souriant pour cacher l’angoisse qui se voyait dans leurs yeux. Mais en moins de 5 ans, Renaud et son équipe ouvrent 11 agences LIP.

Une ouverture vers la diversification des professions

Un jour, je rencontre un nouveau collaborateur qui a la drôle d’idée de changer une partie de notre identité. Nous étions des spécialistes des ouvriers qualifiés, des compagnons, des intérimaires professionnels et étions compétents dans l’Industrie, le BTP et le Transport.

Vincent a démarré en avril 2011, dans un petit bureau à l’entrée de notre siège pour créer une nouvelle activité : les cols blancs. Il débute comme il est de mise chez nous, c’est-à-dire en partant de rien. Seuls un cahier, un téléphone et un stylo l’accompagnent. Il était là pour déléguer du personnel dans les métiers du Tertiaire (Comptabilité, Téléservice, Secrétariat, Bureau d’étude et Informatique). Nous étions si loin de nos tuyauteurs ! Mais la diversification était en marche pour le bien de toutes et tous, clients, permanents et intérimaires. C’est ainsi que la marque LIP Solutions RH est née, avec un logo neuf lors de la rentrée des classes de septembre 2011.

En 2009, quand des pans entiers d’activité s’étaient arrêtés, je m’étais promis de ne jamais être dépendant d’un client, d’une agence ou d’un business. Ça fait trop mal, tout peut s’effondrer. Il fallait plusieurs agences fortes, différents business, des idées novatrices. Finalement, il était temps de pouvoir couvrir (presque) tous les secteurs d’activité.

Même si j’ai mis quelques semaines à accepter qu’on écorche le nom que j’avais créé, LIP Les Intérimaires Professionnels, je sais aujourd’hui comme il est bon pour la société que la branche Tertiaire fasse partie de nous. C’est juste le Groupe LIP, et le tertiaire l’a rendu plus fort, par la formidable initiative de Vincent.

Une dimension humaine qui fait la force du Groupe LIP

Pour moi, la véritable richesse du groupe, ce sont les hommes et les femmes qui la constituent. Rien ne vaut cette richesse humaine. Avec nos intérimaires qui exercent leur métier chez nos clients, et nous représentent tous les jours. Et nos collaborateurs. En 2005, ils étaient 2, en 2015, ils sont plus de 170.

Même si fin 2012, la société a pu s’organiser autour de 3 managers clefs, Delphine, Renaud et Vincent, LIP n’existe que par l’ensemble de tous ses permanents. C’est toujours une équipe qui réussit, ensemble, grâce au travail de chacun.

Nos salariés du siège, nos apprentis, nos assistants, nos chargés d’affaires, débutants, confirmés ou experts, nos chargés d’affaires en développement, nos directeurs d’agence et nos directeurs d’agence expert représentent la clef de voûte essentielle au bon fonctionnement et à la réalisation d’un projet. Sans eux, il n’y a pas de travail, ni de recrutement, ni de prospection pour chercher des clients, ni d’intérimaires en poste.

Mais alors comment faire pour les citer un par un ? C’est impossible. Il y a tant d’histoires de vie. De belles histoires. Je songe à une certaine apprentie employant déjà plus de 30 intérimaires. A une ancienne assistante devenue Directrice d’Agence Experte, par promotions internes successives. A un ancien monteur de pneu devenu Directeur d’Agence. A notre ancien intérimaire, tuyauteur, devenu skipper du bateau LIP On the Sea.

Même Sylvain, notre DRH, avait simplement démarré en février 2012, pour faire les paies et les contrats des permanents. 

Et sans aucun d’eux, présents sur le pont, je n’aurais jamais pris la folle décision de projeter LIP en 2015 à plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires.

L’année 2013 aura été sans doute le plus grand virage que le navire ait dû prendre de toute son histoire.  Enivré d’un parfum d’inconscience et d’une volonté indestructible, le Groupe a pris les voiles en direction de l’avenir.

Un développement constant

Cette même année, l’ouverture de nouvelles agences à Chalon-sur-Saône, Besançon, Saint-Etienne, Toulouse, Clermont-Ferrand et Annecy et l’implantation en masse de la branche Tertiaire continuent de me porter. Nous lançons également le cabinet Initium Consulting (renommé COMEXX Recrutement en 2017), filiale de LIP Solutions RH, pour les recrutements de cadres supérieurs.

En même temps, nous faisons l’acquisition de 2 sociétés d’intérim, SAI sur Arles, Vitrolles et Martigues, et Interest à Lille et Paris. Nous créons également, avec Pierre, Intérim Direct, une plateforme administrative uniquement dédié à la gestion de contrats. Deux ans plus tard, Intérim Direct a déjà dépassé toutes les ambitions qu’on s’était fixées.

Finalement, 2013 est une année qui aura duré deux ans et demi.

2014 et 2015 : des années intenses

Le vent voulait souffler pour qu’on avance plus vite. Rien ne s’est arrêté en 2014, ni en 2015. Le réseau s’est installé à Béziers, Manosque, Toulon et Genève. Nous avons encore ouvert de nouvelles agences dans des villes où nous étions déjà présents et les implants Tertiaire se sont transformés en agences.

Avec le développement constant du Groupe, nous avons dû changer de siège social à Lyon. L’occasion de structurer l’ensemble de nos services. Les uns et les autres sont venus renforcer les équipes : services généraux, RH, comptables, contrôleurs de gestion, crédit-client, informatique, communication et marketing, grands comptes, DAF, préventeur sécurité. Nous avons également accueilli une Secrétaire Générale, Nathalie. Elle était l’une de nos partenaires bancaires, depuis février 2006. Elle aussi a connu LIP quand il n’y avait qu’une seule agence. En février 2015, elle décide de rejoindre le navire pour prendre la direction des services du siège. Je souris en pensant que maintenant, on se fait la bise au lieu de se serrer la main. Ça me manquerait presque, car au-delà de ses compétences, j’ai voulu qu’elle vienne pour sa poignée de mains franche et directe.

Ça m’amuse de me remémorer que la notion de siège social, dix ans plus tôt, se résumait à une apprentie en BTS Assistante Gestion PME-PMI qui devait faire les papiers auxquels je ne comprenais rien. Elle m’avait même demandé à quoi servait tous ces sous qu’on donnait à l’URSSAF. Mais je me souviens qu’il y avait toujours des bonbons et des gâteaux que j’adorais dans son bureau.

26 Millions de chiffres en 2011 et le souvenir, magique et angoissé, de finir l’année avec 3 fidèles collaborateurs au siège, perdus face à l’immensité de la tâche. Notamment parce que le Directeur Financier retournait vivre à Paris et Josianne s’en allait à la retraite. Après 37 millions de chiffres d’affaires en 2012, nous atteignons 63 en 2013, puis 81 en 2014. J’avais alors fait la promesse qu’on passerait le cap des 100 millions en 2015.

Petite pause pour faire un bilan

Se dire qu’on a 10 ans ce 1er Juillet 2015. C’est l’âge de ma fille Emma.

S’arrêter un instant pour effectuer la révision générale des voiles. Ravitaillement, halte sur une île. Penser à ses rêves et aux choses vécues. Bien sûr qu’il y a eu des échecs et des ratages. Des embauches mal calibrées, des erreurs de casting, des retards, des désagréments, des prises de bec, des coups de sang. Et des coups de gueule ! Mais toutes nos victoires me font dire qu’on est plus forts que ça. Contre vents et marées, on a toujours gagné.

On me demande souvent quelle est la vraie histoire de LIP. Y aurait-il une fausse histoire ? C’est compliqué de la raconter en quelques pages. Tant d’anecdotes ne tiendraient pas dans un livre, et je ne crois pas que le passé m’intéresse. Même si ces 10 ans sont riches d’amitiés et de rencontres, de coups de cœur. D’envie d’aller plus loin, de montrer qu’on peut arriver à faire quelque chose de sa vie en bataillant ferme. En croyant dans les gens. Sûrement en les aimant aussi, quel qu’en furent leurs défauts.

Quelles perspectives pour les années à venir ?

J’ai donné 10 ans de ma vie à cette entreprise. Toute mon énergie. Et je crois pouvoir dire que ce n’est rien à côté de ce que je souhaite encore nous voir accomplir. L’avenir, c’est maintenant 2020. C’est de continuer à développer le réseau. Nous visons presque 100 agences dans 5 ans. C’est un devoir d’embaucher chaque année de nouveaux collaborateurs, des apprentis aux cadres. C’est un devoir d’investir. Comme il est un devoir de former les jeunes et les moins jeunes. 2020, ce sont des projets et des carrières à construire. 2020, c’est parvenir à bâtir une entreprise socialement responsable vis-à-vis des salariés, et engagés avec ses intérimaires. D’abord par des emplois récurrents.
Chaque lundi nous vous devons un job !

C’est un devoir que de lancer des idées nouvelles. Je pense à la carte Fidélité bientôt disponible, aux CDI Intérimaires que nous démarrons, à une dématérialisation simple pour faciliter toutes vos démarches.

Nous allons même créer une Ecole de la Réussite LIP, dite de la seconde chance, pour intégrer des collaborateurs sans diplôme dans nos agences et leur apprendre le métier de chargé d’affaires dans l’intérim.

10 ans finalement ce n’est rien. Ce n’est même pas la majorité. Et j’ai pour objectif que nous soyons, une fois adulte, une belle personne. Alors, regardons devant nous en hissant haut la grand-voile.

Je remercie toutes celles et ceux qui participent, et ont participé, au Groupe. Je remercie tous les intérimaires qui travaillent, et ont travaillé, pour notre maison. Je remercie tous les clients qui chaque jour nous font confiance. Je remercie infiniment tous mes collaborateurs qui se battent pour nos couleurs. Merci pour tout. Et bon vent.

Fabrice Faure,
Président-Fondateur du Groupe LIP

Partager

Retour en haut